Cette semaine, j’ai suivi une Masterclass de Marie Forleo sur le Copywriting. 

Marie Forleo est un peu la Tony Robbins du marketing pour les entrepreneurs. 

Oprah l’a qualifiée de “leader d’opinion pour la prochaine génération. » 

Pendant des années, Marie Forleo était mon modèle féminin. 

Puis je me suis éloignée de ce milieu très performatif. 

Je ne me sentais pas à l’aise. 

Surtout, j’étais lasse de voir le monde comme un terrain de lutte. 

Après la Masterclass, j’ai réalisé à quel point je m’étais trompée. 

C’est difficile de réaliser qu’on a passé sa vie avec de mauvais repères. 

Attention, j’ai du respect pour tout ce que Marie Forleo a accompli :

573 articles, 2 livres, 569 vidéos… 

Elle a aidé des centaines de personnes et leur a redonné espoir avec son histoire de « millionnaire autodidacte”.

Mais elle défend une vision de l’entrepreneuriat avec laquelle je suis en profond désaccord. 

Sa Masterclass est l’exemple parfait de tout ce que je déteste.

Non seulement je n’ai rien appris, mais le cours était une grossière publicité : 

“ Amelia et Jerry ont vu leur chiffre d’affaires multiplié par 3 suite à mon cours sur le Copywriting” 

“ Katherine a eu 10 fois plus d’appels suite à mon cours sur le Copywriting.”

“ Aron mon premier élève a écrit un best-seller suite à mon cours sur le Copywriting”

Non, mais sérieusement ? 

Alors oui, 97% des gens mentent sur le web. 

C’est un secret de Polichinelle.

Les success stories sont amplifiées à dessein pour susciter le désir.

Encore cette semaine, j’ai été contactée par un gourou du web. 

Son accroche :

 “ J’ai lancé un coaching intensif. Je te promets que tu vas réaliser 100K de CA” 

Ma réponse : 

“Qui te dit que j’ai envie de réaliser seulement 100K de CA ?

Tu peux me garantir 1 million ?

En dessous ça ne m’intéresse pas. Rappelle-moi quand tu auras trouvé !”. 

La provocation est ma seconde nature. 

En réalité, ces sophismes m’énervent. 

Il n’existe pas de méthode infaillible. 

Nos envies changent, nos émotions guident nos comportements et la vie est imprévisible.

En tant que consommateur nous sommes responsables. 

Moi la première, je rêve d’une méthode imparable contre mes insécurités. 

Spoiler alert : il n’existe pas de voie rapide vers le bonheur ! 

Dès lors, comment reconnaître une fausse promesse ? 

Voici 5 points communs pour reconnaître un marketing mensonger :

 

Fausses promesses classiques : vendre un résultat et pas une méthode.

« Perdez 10 kg en 1 semaine sans effort »

« Gagnez 10 000 euros par mois dès votre premier business en ligne ».

Fuyez les promesses irréalistes.

Ces promesses sont alléchantes sur le papier, mais concrètement comment va-t-on y arriver ?

Par quelles étapes va-t-on passer ?

Quels comportements doit-on changer ?

Surtout quels sont les coûts (financiers et émotionnels) ?

Fausses promesses classiques : conditionner votre bonheur à un objectif ultérieur

« Une fois que vous aurez créé votre entreprise, vous serez plus heureux ».

« Une fois que vous aurez trouvé l’amour, vous serez plus heureux ».

Aucun objectif ne vous rendra heureux.

Conditionner son bonheur à la poursuite d’un événement externe est le meilleur moyen d’être malheureux. 

Le vrai bonheur se trouve dans le présent.

Les seules preuves de réussite sont le témoignage du gourou ou de ses inconditionnels 

Nous aimons les témoignages.

Les témoignages facilitent l’identification.

Simplement, il faut rester critique. La causalité n’est pas une preuve.

Ce n’est pas parce qu’Hervé a joué et gagné au loto que je vais forcément gagner au loto.

Ce n’est pas parce qu’Amélie a réussi à lancer un business et à en vivre suite à la formation que vous pourrez en faire de même.

Amélie avait peut-être un réseau, des compétences ou tout simplement de la chance !

Tous ces facteurs influencent le résultat.

La pédagogie n’est jamais remise en question.

Si le programme ou la formation n’ont pas fonctionné, c’est de la faute des participants :

  • ils n’avaient pas assez de volonté,
  • ils n’ont pas appliqué les conseils,
  • ils n’ont pas été assez persévérants…

Ceux qui prétendent avoir défini une méthode universelle mentent.

On vous fait croire que plus c’est mieux.

Aujourd’hui, le matérialisme est mal vu.

Du coup, on ne vous vend pas un objet mais une expérience.

Dans les deux cas, on vous fait croire que « plus c’est mieux ».

Or ce n’est pas le cas.

En anglais, il y a une très belle expression « less is more » qui dit « moins c’est mieux ».

Le problème c’est que ce n’est pas sexy.

Toutefois, les grandes vérités ne sont pas faciles à entendre.

Voilà, disposer de ces éléments vous permettra de repérer les fausses promesses. 

Mais cela ne garantit pas que vous ne succomberez pas. 

Nous demeurons irrationnels.

D’ailleurs, je viens d’acheter une pierre d’agate pour nourrir mon 3ème chakra et chasser les émotions négatives 🙈

.